Sentier

LE SENTIER AVEC LA VIERGE MARIE


La Vierge Marie éclaire la foi des chrétiens par son attitude d’accueil, sa confiance et sa disponibilité à Dieu. Au cours des siècles, les catholiques ont toujours vu en Marie le disciple par excellence. 

En elle se manifeste tout ce que Dieu peut réaliser
en un être humain accueillant sa sainteté

En effet, Marie donne un assentiment libre de sa foi à l’annonce de sa vocation. Elle reconnaît en son fils l’envoyé de Dieu, le Messie.


Marie

L’icône ne représente pas le monde qui nous entoure. La transfiguration en est la clé en particulier dans le visage des personnages. La lumière est signifiée de deux manières: celle matérielle ou éclairage des objets mais surtout celle intérieure en chacun des personnages.

Le monde est représenté en perspective inversée afin que le contemplateur devienne le point convergeant de l’icône pour établir ainsi un lien intime avec elle.

La perspective inversée prend le spectateur comme point de fuite. L'espace représenté sur l'icône s'affranchit de notre vision terrestre en trois dimensions.







Marie ne peut se comprendre qu’à partir de Jésus Christ. Pour commencer, il convient donc de rappeler quelle a été la vie de Jésus pour voir comme en miroir celle de la Vierge Marie.



Pour les chrétiens, Jésus est Dieu fait homme, le Verbe de Dieu venu sur la terre pour révéler aux hommes l’amour de Dieu infini et miséricordieux. Jésus a accompli des miracles nombreux et manifestes pendant sa vie publique, ce qui a suscité la jalousie de la part des grands prêtres et des responsables du Temple de Jérusalem qui l’ont fait crucifier par le pouvoir romain et son gouverneur, Ponce Pilate. 

Mais la mort ne pouvait pas retenir Dieu: Jésus est ressuscité d’entre les morts le dimanche de Pâques et s’est manifesté à ses apôtres et aux saintes femmes comme victorieux de la mort.

Il a ensuite donné son Esprit Saint à l'Église naissante le jour de la Pentecôte.



La Vierge n'est pas une option

En plus de son regard, l'étreinte de Marie est également essentielle, un rempart contre «la vie fragmentée d'aujourd'hui, où nous risquons de perdre le fil». Connecté, mais désuni, en effet, le monde a besoin de se confier à la Mère qui est;

«un remède à la solitude et à la désintégration, elle est la Mère de la consolation»,

«elle est avec ceux qui sont seuls, les prend par la main, les introduit avec amour dans la vie», a soutenu François. 

Cela signifie que «la Vierge n'est pas une option: elle doit être accueillie dans la vie. Elle est la Reine de la Paix, qui vainc le mal et conduit sur les chemins du bien, qui apporte l'unité entre les enfants, qui éduque à la compassion». 
(Cit. Vatican News.va)


«NOTRE MÈRE QUI EST AU CIEL»

LA REINE DU CIEL


Avec Marie, saisir le sens des événements

Celle qui a «cru aux paroles de l'Ange» représente l'accomplissement d'une «antique promesse» et la réalisation de «la plénitude des temps». En ce sens, expliquait le Souverain pontife en 2016, Marie se présente à nous comme;

«un vase toujours rempli de la mémoire de Jésus, siège de la sagesse, dans lequel puiser pour avoir une interprétation cohérente de son enseignement».

En pratique, a dit François, la Vierge nous permet de «saisir le sens des événements qui nous touchent personnellement, nos familles, nos pays et le monde entier», grâce à la «force de la foi qui apporte la grâce de l'Évangile du Christ».
(Cit. Vatican News.va)



Antidote contre 
l'individualisme et l'égoïsme

Mais il y a un aspect, en particulier, grâce auquel Marie peut être un point de référence pour toutes les mères d'aujourd'hui: le Pape l'a rappelé en 2017 et c'est être «l'antidote le plus fort contre nos tendances individualistes et égoïstes, contre nos fermetures et notre apathie». 

«Une société sans mères ne serait pas seulement une société froide, disait François,
mais une société qui a perdu son cœur, qui a perdu le goût de la famille»

«Une société sans mères serait une société sans pitié, qui n'a laissé place qu'au calcul et à la spéculation. Parce que les mères, même dans les pires moments, savent témoigner de la tendresse, du dévouement inconditionnel, de la force de l'espérance». 
(Cit. Vatican News.va)







LE SAINT ROSAIRE 
ET SES 15 MYSTÈRES


Le Rosaire est une forme de prière répétitive qui existe depuis le XIIe siècle. C’est à un chartreux, Dominique de Prusse (dès 1409 à Trèves) qu’il faut attribuer l’institution du Rosaire tel qu’on le connaît avec ses quinze mystères et ses cent cinquante “Je vous salue Marie”. Jean-Paul II a rajouté en 2002 cinq nouveaux mystères. Le frère Manuel Rivero, o.p., nous propose une méditation des Mystères.


COMMENT PRIER LE CHAPELET


 

Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit.
    Dieu viens à mon aide.
    Seigneur, à notre secours. Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit,
    au Dieu qui est, qui était et qui vient,
    pour les siècles des siècles. Amen.

Pour chaque dizaine, on énonce le "mystère", par exemple, pour le premier mystère: "L'annonciation de l'Ange à Marie".

Aprés un bref temps de méditation, on récite un Notre Père, dix Je vous salue Marie et un Gloria.

Pour chaque dizaine du chapelet, on peut ajouter une invocation.

À la fin du Rosaire, on peut réciter les litanies de Lorette, ou une autre prière mariale.


 *****

Notre Père, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd'hui notre pain de ce jour, pardonne-nous nos offenses, come nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés, et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du mal. Amen

Je vous salue, Marie, pleine de grâces, le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre toutes les femmes, et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous, pauvres pécheurs, maintenant, et à l'heure de notre mort. Amen

Gloire au Père et au Fils at au Saint-Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.


Litanies de Lorette


Salut, ô Reine, mère de miséricorde: notre vie, notre douceur et notre espérance, salut!
Enfants d'Ève, exilés, nous crions vers toi; vers toi, nous soupirons, gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes.

Ô toi, notre avocate, tourne vers nous ton regard miséricordieux. Et après cet exil, montre-nous Jésus, le fruit béni de tes entrailles, ô clémente, ô miséricordieuse, ô douce Vierge Marie!

Pourquoi réciter le chapelet ?



Le pape Jean-Paul II répond aux critiques faites au rosaire

Certains contestent le rosaire. Ils disent: c’est une prière infantile, superstitieuse, qui n’est pas digne de chrétiens adultes. Ou bien: c’est une prière qui tombe dans l’automatisme et qui se réduit à une répétition hâtive, monotone et ennuyeuse de «Je vous salue Marie». Permettez-moi de vous livrer quelques impressions à ce sujet, en tant que pasteur.

La première: la crise du rosaire vient dans un second temps. Elle est précédée aujourd’hui par une crise de la prière en général. Les gens sont entièrement absorbés par leurs intérêts matériels; on ne pense plus guère à l’âme; le bruit a envahi notre existence. Macbeth pourrait répéter: « J’ai tué le sommeil, j’ai tué le silence! ». Nous avons bien du mal à trouver un petit moment pour la vie intérieure et pour la « dulcis sermocinatio » la douce conversation avec Dieu.

Deuxième impression: quand on parle de « chrétiens adultes » en prière, on exagère parfois. Personnellement, quand je parle seul à seul avec Dieu ou avec la Vierge Marie, plus qu’un adulte, je préfère me sentir comme un enfant. La mitre, la barrette, l’anneau disparaissent; j’envoie en vacances l’adulte et l’Évêque, ainsi que le port grave, posé et pondéré, pour me laisser aller à la tendresse spontanée de l’enfant devant son papa ou sa maman. Être au moins "pendant quelques demi-heures" devant Dieu ce que je suis en réalité, avec ma misère et avec le meilleur de moi-même: je laisse surgir du fond de mon être l’enfant d’autrefois, qui veut aimer le Seigneur, et qui sent parfois le besoin de pleurer pour que lui soit accordée la miséricorde. 

Tout cela m’aide à prier. Le rosaire, prière simple et facile, m’aide parfois à redevenir un enfant, et je n’en ai pas honte du tout.





MUSIQUE DE MÉDITATION

La spiritualité n'est pas limitée à une démarche conceptuelle ou dogmatique.

L'expérience spirituelle, ou expérience mystique, est indissociable de la démarche intellectuelle par la recherche d'intériorité, de dépassement des limitations de la condition humaine, ou de connaissance de soi, de sagesse, de transcendance. La spiritualité peut parfois aboutir à des démarches corporelles, émotionnelles et mystiques

Pour certains, le but de la spiritualité est une exploration profonde de l'intériorité, conduisant à l’éveil spirituel, une conversion intime. 

Différentes pratiques spirituelles sont liées à la pratique religieuse: La Volonté de Dieu, la méditation, la prière, la lecture de textes sacrés, (lectio divina), l’audition. Le travail manuel ou intellectuel, l'écriture, le chant de musique sacrée, les secours aux nécessiteux, la réflexion, l’engagement dans la société.



Chant: «Madame» - Bernadette de Lourdes

Alors que Bernadette Soubirous part chercher du bois à la grotte de Massabielle, accompagnée de sa sœur et d’une amie, elle voit une Dame, silencieuse, toute vêtue de blanc lui apparaître dans la cavité d’un rocher. Elle lui sourit, puis s’enfonce dans la grotte à nouveau.

Bernadette fait le signe de la croix et récite le chapelet avec la Dame. Une fois la prière terminée, la Dame disparaît brusquement. Troublée, Bernadette retourne chez elle et raconte ce qu’elle a vu à ses parents, qui ne croient guère à son histoire.




SAINTS ET TÉMOINS
DE L'ÉGLISE CATHOLIQUE

À la suite de Thérèse de Lisieux, le concile Vatican II a mis la sainteté à l’honneur en affirmant que « tous sont appelés à la sainteté ». Cet appel a trouvé écho dans le cœur de plusieurs baptisés à travers le monde. Que faisons-nous aujourd’hui de cette invitation de l’Église? Croyons-nous à la vocation universelle à la sainteté, à l’accueil joyeux de l’amour de Dieu dans nos vies?

Ne confondons pas sainteté et canonisation.
Lorsque nous regardons de quoi nos journées sont faites, personne ne pense être canonisé. Il ne s’agit pas de vouloir « monter sur les autels » à coup de volonté et de pénitences, mais de descendre dans notre humanité et de se laisser envahir par l’amour du Christ pour qu’il sanctifie tout ce que nous faisons.





Droits d'auteur © 02 mars 2024. Réalisation de Normand de Tilly; Le Sentier Spirituel. Sans but lucratif